Résidence étudiante

« Le long du parcours, l’art nous questionne dans son rapport au vivant et propose une réflexion sur le paysage, l’eau, la nature et l’homme »

Trois étudiantes de l'École Supérieure des beaux-arts de Tours, Tess Grzes, Alice Guiraud-Milandre et Mélanie Mons, en résidence à l'écomusée, ont mis en place des structures éphémères.

Ces installations reprennent des formes organiques directement inspirées de la nature. Leur matière plastique est aux antipodes de l'environnent dans lequel elles se trouvent, bien que leurs formes se fondent dans le paysage. Il y a alors un double jeu : l'homme imitant la nature par le biais de matériaux industriels et l'intégration de ces derniers dans un milieu naturel.

Ces matériaux artificiels translucides (plastique, paraffine, colle) permettent en effet la création d'une narration entre le lieu et l'objet créé. Ces installations resteront pour une durée limitée ; évoluant dans le temps sans altérer l’environnement. Le principe est de mettre en lumière un contraste entre le bocage, qui est un lieu classé Natura 2000, et la centrale nucléaire, symbole industriel présent dans le paysage de Savigny-en-Véron.


Le projet

En 2017, l’écomusée du Véron s’engage dans un projet de résidence avec des étudiants de troisième année de l’Ecole Supérieure des Beaux-Arts.

L’idée est de faire émerger de nouvelles façons d’appréhender le site en créant notamment des installations artistiques qui ponctueront les 5 hectares de bocage.

La résidence offre la possibilité aux étudiants en arts de découvrir le territoire du Véron et de s’y investir en s’appropriant le site dans ses différentes dimensions.

Le projet implique de faire partager cette expérience avec les visiteurs, en proposant une participation active des publics.

Les visiteurs sont invités à rencontrer les étudiants le temps de leur résidence qui se rendront disponibles pour expliciter et partager sur leur projet. Les groupes scolaires sont les bienvenus durant le temps d’installation ou postérieurement pour approfondir l’activité Land Art.

 

Nous souhaitons cette première expérience riches en échanges et stimulante pour tous ceux qui souhaiterons la partager.